Quand la géolocalisation aide l’urbanisme

Quand la géolocalisation aide l’urbanisme

21 fév 2014

Orange a lancé, en octobre 2013, une expérimentation de l’empreinte de mouvement à Rennes, dans le quartier du Blosne. Ce projet, en partenariat avec l’IAUR (Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de Rennes) et Rennes Métropole, a pour but, comme l’ont évoqué Frédéric Bourcier, adjoint à l’urbanisme et élu du Blosne et Catherine Guy, présidente de l’IAUR, de capter la réalité des déplacements d’une ville ou d’un quartier et de permettre sa visualisation en 3D.

Si, au départ, il y avait beaucoup d’attentes au point de vue quantitatif, seulement une quarantaine de personnes ont souhaité tenter l’expérience… Une réticence due à l’exploitation des données personnelles.

Cette expérience a donc pris forme le 24 octobre 2013 pour une durée de 5 cinq semaines durant lesquelles les testeurs volontaires ont été géolocalisés tous les jours, avec toujours, bien sûr, la possibilité de désactiver leurs données à n’importe quel moment.

C’est le concept de l’empreinte de mouvement, présenté par deux techniciens d’Orange Labs, Catherine Ramus et Gildas Belay: utiliser la géolocalisation sur une durée plus longue pour pouvoir observer les habitudes et le comportement des usagers.

Ce concept s’appuie aujourd’hui sur deux modes de géolocalisation. Un premier mode dit « passif » qui fonctionne avec les antennes relais du réseau Orange, l’utilisateur est localisé par l’antenne la plus proche. Le deuxième mode est lui « actif » et fonctionne grâce à une application sur le smartphone du testeur, c’est donc beaucoup plus précis. Les deux modes fusionnement pour flouter un peu le résultat, toujours dans un souci de confidentialité des données personnelles.

L’empreinte de mouvement se positionne comme étant un outil d’aide à la décision en matière d’urbanisme (c’est d’ailleurs le pourquoi du projet lancé dans le quartier du Blosne) mais aussi comme étant un outil de dialogue avec les habitants et les usagers.

Orange a mis en place un site : empreinte.orange.com qui vous permet de tenter l’expérience.

Pour celle du Blosne, qui est maintenant terminée, les testeurs peuvent voir sur un site web dédié (www.empreinte-blosne.orange.com) leur empreinte individuelle et la comparer avec l’empreinte collective.

Ils ont également accès à leur empreinte dynamique, c’est à dire heure par heure, et disposent de filtres pour affiner leur empreinte (semaine ou week-end, jour ou nuit).

empreinte de mouvement

Au Blosne, cette expérimentation s’est révélée positive, et Orange Labs songe maintenant à élargir ses filtres, comme par exemple, le type de déplacement (à pied, en vélo, en voiture), l’âge, la CSP… qui permettraient une analyse plus poussée des données récoltées à la fin des expériences.

Billets similaires :

468 ad